Interventions sur des bâtiments existants

(classées par architectes)

Q-R

RANALLI George

Transformation of a former School in Residence, Newport

RCR

"La Cuisine", Centre dArt et de Création contemporaine, Château de Nègrepelisse (2015)

Dans les ruines du château de Nègrepelisse, l’agence catalane RCR Arquitectes a implanté, le premier centre dédié à la création contemporaine en Tarn et Garonne. Avec pour thématique l’alimentation, ce nouvel équipement se fait aussi pionnier du genre en possédant sa propre cuisine d’expérimentation.

Reconnu en France pour la réalisation du Musée Soulages à Rodez et par ses recherches théoriques menés depuis une vingtaine d’années sur le paysage, le trio Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta (RCR) vient de livrer non pas une, mais “La Cuisine” de Nègrelisse, village de 5000 habitants à 15 kms au nord de Montauban.
Basés dans leur ville natale d’Olot au Nord-Est de l’Espagne, les architectes catalans, lauréats du concours lancé en 2008 par la commune, ont réussi à faire revivre les ruines de cette forteresse du XIII ème siècle par une greffe sensible au paysage. Dans cette opération respectueuse du lieu, l’imbrication d’une structure horizontale redessine l’ancienne cour du château pour l’offrir « en cadeau au village qui pourra y faire ce qu’il veut », a souligné l’architecte Ramon Vilalta, lors de l’inauguration de « La Cuisine » en juin dernier.

Caractérisé par la présence de tours et remparts mêlés aux anciennes habitations, les ruines de ce bâtiment du XIIIème siècle traçaient les contours d’une vaste cour intérieure destinée à la vie de la communauté. Reprenant les plans du Moyen Âge, les architectes ont réactivé cette place d’un millier de mètres carrés environ, en construisant face à face deux structures en verre et acier Corten adossées aux remparts. Lumière et paysage pénétrent désormais dans la forteresse

REICHEN & ROBERT

Centre de congrès, Blois

Un concours fut lancé en 1845 par le conseil municipal pour construire une nouvelle Halle. Le conseil général des bâtiments civils couronne le projet de l'architecte Delamorandière.

La construction commence début 1849 et il est inauguré en 1850. Cette halle aux grains fait office à la fois de grenier à blé, bourse aux grains, marché de gros et demi-gros pour toutes les céréales et denrées diverses.

Par la suite, elle accueille diverses manifestations tels que bals populaires, expositions commerciales et réunions politiques. Ce bâtiment prend ensuite la fonction de salle de spectacle à la suite de la démolition du Théâtre municipal dans les années 1950. Ceci est un échec, le bâtiment tombe en ruine et sa démolition est programmée.

Elle est sauvée grâce à l'association « Parlez-moi d'amour » entendue par Jack Lang à ce moment ministre de la culture et futur maire de la ville. La halle est classée Monument historique en 19821. Elle est restaurée par les architectes Reichen & Robert. Elle devient lieu d'exposition et salle de spectacle en tant que Scène Nationale. La ville de Blois fête l'inauguration de sa nouvelle halle le 13 décembre 1985 et prend le nom de "Palais des Congrès et de la culture".

Grande Halle de la Villette

Ancienne « halle aux bœufs », construite entre 1865 et 1867, le bâtiment appelé aujourd'hui « Grande halle de la Villette » était la plus grande des trois halles de vente aux bestiaux et la seule à avoir été conservée à son emplacement initial. Elle fut conçue par l'architecte Jules de Mérindol (1815-1888)2, élève de Victor Baltard, assisté de Louis-Adolphe Janvier.

Lors de son inauguration, elle put contenir 1 360 gros bovins (bœufs, vaches et taureaux), les jours de grands marchés qui se déroulaient tous les lundis et les jeudis. Au fil des ans, ce chiffre monta à 5 000 bestiaux, jusqu'à sa fermeture en 1974.

Pavillon de l'Arsenal,

Paris

  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube