Strasbourg intégrée au royaume de France

(1681-1789)

Plan Blondel

Edifices classiques de Strasbourg

Strasbourg, place-forte royale

En voir plus

À l’issue de la guerre en 1648, par les traités de Westphalie, une partie de l’Alsace (les possessions des Habsbourg) est rattachée à la France, mais Strasbourg demeure ville libre impériale. Épargnée par la guerre, la ville est néanmoins isolée, financièrement affaiblie, et n’a rien à attendre de l’Empire germanique vaincu. Le 28 septembre 1681, la ville est assiégée par une armée de 30 000 hommes sous le commandement de Louis XIV et deux jours plus tard, après de rapides négociations, Strasbourg accepte la reddition. Le roi fait alors abattre symboliquement un pan de la fortification de la ville. L’Alsace tout entière est rattachée au royaume de France et la cathédrale est rendue aux catholiques. Un accord est passé entre Louis XIV et Strasbourg visant à préserver les libertés essentielles de la cité, sur les plans politique, administratif et religieux

Remise des clefs de Strasbourg à Louis XIV le 23 octobre 1681

(Constantyn FranckenMusée historique de Strasbourg)

En voir plus

La Citadelle

En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus

Jacques Tarade (1640 - 1722) ingénieur des fortifications de Strasbourg, Entrée de Louis XV par la Porte de Saverne (1744), "Barrage Vauban"

Hôpital militaire Gaujot (1691), Sébastien Le Prestre de, marquis (ingénieur militaire). Aujourd'hui Cité administrative.

Palais des Rohan (Robert de Cotte, architecte), 1730.

En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus
En voir plus

Haras Nationaux, 1750.

En voir plus
En voir plus

Projets non réalisés

En voir plus

Hôtel de Ville (anciennement Hôtel de Hanau-Lichtenberg), Place Broglie, Joseph Massol, 1730-38.

En voir plus
  • Facebook Classic
  • Twitter Classic
  • c-youtube